• Sandes

Saint Jean-Baptiste - 1513-1516 - Léonard de Vinci

Aujourd'hui, je vous parle de Saint Jean-Baptiste, un tableau bien mystérieux car les circonstances de sa création ne sont pas encore élucidées.


Avant d'être à la portée de nos yeux dans la Grande Galerie (consacrée à la peinture italienne) du prestigieux Musée du Louvre, le Saint Jean-Baptiste a par exemple été acquis par François Ier, en même temps que la Joconde et la Sainte Anne.


D'ailleurs, ce tableau aurait influencé le portrait du Roi en Saint Jean-Baptiste par Jean Clouet, 1518.

Le tableau arrive entre les mains du Duc de Liancourt au début du XVIIIe siècle. Ce dernier conclura à un échange auprès du roi d'Angleterre, Charles Ier, contre un Portrait d'Erasme de Holbein et d'une Vierge à l'enfant de Titien. C'est ainsi que Saint Jean-Baptiste entre dans la collection royale du roi d'Angleterre.


Concernant la datation, plusieurs hypothèses ont été émises: au XIXe siècle, on a pensé que le tableau aurait été réalisé lors de la seconde période florentine de Léonard (1505-1506) à cause des points communs stylistiques avec la Joconde et Sainte Anne. Une autre hypothèse est proposée par Kenneth Clark (1939) qui indique que le tableau aurait été peint pendant la période romaine, soit vers 1513-1514. Il en veut pour preuve la peau de bête qui dénote "le climat antiquisant de la ville éternelle". Enfin, la dernière met en avant l'utilisation d'une palette sombre et du jeu entre ombre et lumière, propre à la période française (1516-1518).


Certains croquis et esquisses de Léonard invite à penser que Saint Jean-Baptiste serait un évolution d'un travail préliminaire, comme le montrent les dessins suivants. On voit ici le bras levé qui montre le ciel alors que l'autre bras est en position repliée sur sa poitrine.


Etudes de mécanique, croquis pour la Bataille d'Anghiari et pour l'Ange de l'Annonciation (gauche) et Etude de Bras, vers 1503-1504 (droite) (Venise, Gallerie dell'Academia, Gabinetto dei Disegni e Stampe)


Quant à la composition du Saint, il faut savoir que Léonard avait initialement prévu de projeter le bras vers l'avant, mettant en lumière l'annonce de l'incarnation. Cependant, le peintre a revu sa copie et lui a préféré un bras replié qui met plus en valeur le visage de Jean-Baptiste. On note également une opposition dans les directions, créant une spirale: alors que le bras et le buste se tournent vers la droite, la tête, elle, est tournée vers la gauche. Il ajoute à cela une maîtrise parfaite du sfumato ("Veille à ce que tes ombres et lumières se fondent sans traits ni lignes, comme une fumée" - Léonard de Vinci, Trattato della Pittura, carnets de Léonard de Vinci écrit entre 1482 et 1499 et rassemblé par son élève Franseco Melzi vers 1542) qui donne vie au saint qui semble sortir de la nuit.


Les restaurations effectuées par le Louvre entre 2015 et 2016 ont mis en évidence le travail minutieux et lent de Léonard. Il a été remarqué par exemple que la position du buste a été retravaillée, passant du frontal au 3/4 ou bien les traits sensiblement schématiques des membres qui dénotent le caractère expérimental de l'œuvre tout comme la recherche perpétuelle de Léonard pour rassembler le mouvement de torsion, la symbiose parfaite entre ombre et lumière et donner au Saint un sourire vivant.


Enfin, l'interprétation du tableau est bien sûr discutée par les historiens de l'art. Cependant comme les conservateurs du Louvre et organisateurs de la magnifique exposition sur Léonard de Vinci qui s'est tenue en 2019-2020, je me range du côté du lien que Paul Barolsky a fait entre l'évangile de Saint Jean avec le Saint Jean-Baptiste de Léonard:


Jean 1.5 : 5-8

"La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas accueillie. Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il vint comme témoin, pour rendre témoignage à la lumière afin que tous croient par lui. Il n’était pas la lumière, mais il vint pour rendre témoignage à la lumière."

Grace à ces lignes de la Bible, on comprend comment Léonard a réussi à mettre en image et en vie la présentation de Jean-Baptiste. Le grand peintre a utilisé toute sa virtuosité et toute sa maitrise de la lumière et du mouvement pour donner vie au Saint, qui nous sourit: il nous annonce que les ténèbres ne sont pas éternelles et que le salut est proche.


Sources: Léonard de Vinci (catalogue d'exposition), Louvre éditions - Hazan, 2019.

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
 

Curatalk

Formulaire d'abonnement

  • Instagram
  • Facebook

©2020 par curatalk. Créé avec Wix.com